Plus haut plus vrai

Le 1er mai dans le monde

 

Apparue en 1886 à Chicago (Etats-Unis), la Fête du travail a été adoptée par de nombreux pays, où elle est généralement célébrée le 1er mai. Tour du monde des différentes manières de fêter le travail et les travailleurs.

Les origines du 1er Mai

En 1886, les syndicats américains lancent un appel à la grève le 1er mai – jour de renouvellement des contrats de travail – pour réclamer les huit heures de travail quotidien. Plus de 300.000 ouvriers quittent leurs usines à travers le pays.

Le 3 mai, des incidents éclatent à Chicago, un des centres de la contestation, où plusieurs grévistes sont tués par la police. Le lendemain, une bombe éclate parmi les policiers à la fin d’un meeting anarchiste. La police réplique en tirant sur la foule. Sept policiers et plusieurs manifestants trouvent la mort.

Les Pays-Bas, Israël et les pays de la péninsule arabique font partie des rares Etats qui ne célèbrent pas le travail et les travailleurs.

Huit anarchistes sont condamnés pour l’attentat, dont quatre pendus. Ils seront réhabilités par la justice en 1893.

En 1889, le congrès constitutif de la Deuxième Internationale décide d’organiser à date fixe, à partir du 1er mai 1890, une manifestation internationale des travailleurs pour demander la journée de huit heures et honorer les morts de Chicago.

Des dates variables

Le 1er mai est férié dans au moins 107 pays du monde, ce qui représente au moins 67% de la population mondiale.

Les Pays-Bas, Israël et les pays de la péninsule arabique font partie des rares Etats qui ne célèbrent pas le travail et les travailleurs.

Le Sri Lanka et le Royaume-Uni fêtent cette journée le 7 mai, la Nouvelle-Zélande le quatrième lundi d’octobre. Les Etats-Unis, comme le Canada, y consacrent le premier lundi de septembre.

KCNA KCNA / REUTERS Le 1er Mai 2017 en Corée du Nord.

Le Japon, l’Afghanistan, l’Iran et certains Etats indiens, s’ils célèbrent la Fête du travail le 1er mai – dans une version très réglementée en Iran –, sont parmi les rares à ne pas profiter d’une journée chômée.

En Lituanie, son statut est débattu et ce jour chômé pourrait être remis en cause.

Fêtes et manifestations

Dans la plupart des pays, se déroulent des manifestations organisées par les syndicats et les partis politiques et des rassemblements festifs.

En Birmanie, en Libye et en Syrie aucune manifestation publique n’est organisée.

En Finlande, c’est une journée de fêtes étudiantes et de pique-niques familiaux, dans une atmosphère de carnaval. En Italie, un grand concert se tient à Rome chaque année.

En France, le premier mai est l’occasion d’acheter un brin de muguet. En Autriche, on célèbre l’arbre de mai.

Mais la symbolique la plus partagée lors de la fête des travailleurs est celle liée au communisme, notamment la faucille et le marteau et plus généralement la couleur rouge. On la retrouve au Bangladesh, au Pakistan, dans plusieurs pays des Balkans, en Macédoine, ou encore au Honduras.

Répression

En Birmanie, en Libye et en Syrie aucune manifestation publique n’est organisée.

ZOUBEIR SOUISSI / REUTERS Le 1er Mai 2017 en Tunisie, manifestation à l’appel de l’UGTT dans la capitale, Tunis.

En Turquie, en Indonésie et au Pakistan, si cette journée est célébrée et fériée, les manifestations n’en sont pas moins réprimées par le gouvernement. A Istanbul, une manifestation sur la place Taksim se tient chaque année, bien qu’il soit interdit de s’y rassembler depuis 2013.

Source : huffpost