Plus haut plus vrai

Pire que le pervers narcissique, avez-vous déjà été victime d’un « gaslighter »?

SPIRALE - Peut-être en avez-vous déjà rencontré ? Le manipulateur adepte de "gaslighting" choisit une victime, la recouvre d'amour puis commence à la faire douter jusqu'à l'anéantir. Une forme d'abus mental plus répandue qu'on le pense. Et qui file les jetons.

Le « gaslighting », que l’on pourrait traduire en français par « décervelage », est la forme d’abus mental préférée des sociopathes : à travers eux, n’importe quelle information est déformée ou présentée sous un autre jour, omise sélectivement pour favoriser l’abuseur ou faussée dans le but de faire douter la victime de sa mémoire, de sa perception et de sa santé mentale. Et, surprise, il ne s’agit pas d’un phénomène isolé ou récent.

Le terme a même été utilisé pour la première fois dans un film des années 40 : GasLight (George Cukor, 1944), thriller dans lequel un mari (Charles Boyer) faisait croire à sa femme (Ingrid Bergman) qu’elle devenait folle en manipulant de petits éléments de leur environnement. Le titre faisait référence aux lumières à gaz baissant d’intensité dans toute la maison chaque fois que le mari allume les lampes du grenier à la recherche de bijoux.

Source: Romain LE VERN/LCI