Plus haut plus vrai

Quentin, 9 ans, handicapé et privé de sortie de ski

Le garçon, handicapé moteur, n’a pas pu accompagner ses camarades lors d’une sortie organisée jeudi dernier dans le cadre du centre de loisirs. Une décision incompréhensible pour ses parents qui racontent.

Philippe, Quentin et Aurélie. Photo Monique DESGOUTTES-ROUBY

Une semaine après, les parents de Quentin restent remontés. Leur fils, âgé de 9 ans, n’a pas pu participer à une sortie de ski pour une sombre histoire de car qui aurait été “inadapté”. Le petit garçon, handicapé moteur, a surmonté sa déception grâce au dévouement de son animateur du centre de loisirs Cachin. Mais pour Aurélie et Philippe, ce loupé ne passe pas : « Notre fils n’avait pas besoin de ça pour être perturbé ! ».

« Nous resterons sur nos gardes désormais à chaque sortie »

Quentin était inscrit depuis le 21 janvier à cette sortie. « Il l’attendait avec impatience, car il adore la luge. En 2017, il avait fait plusieurs excursions en autocar sans problème. Cette fois-ci, une semaine avant, la mairie nous prévient que Quentin ne pourra plus monter dans un grand bus, car la loi aurait changé, selon le transporteur. Nous l’avons cru puisque depuis le 14 février il bénéficie d’un transport adapté pour aller au centre de loisirs », indiquent les parents. « Mais le minibus qui aurait pu transporter Quentin n’ayant pas d’équipement pour la neige, la participation de notre fils a été annulée ! »

Entre la déception de l’enfant et l’amertume de ne pouvoir faire appliquer la loi de 2005 qui garantit aux personnes handicapées l’égalité des droits et des chances avec tous les citoyens, les parents s’organisent au mieux.

Jeudi dernier, à 8 h 30, Quentin est en route pour le centre. À 9 h 10, le service de l’éducation de la ville de Vaulx appelle la maman, lui annonçant qu’on a trouvé un véhicule au dernier moment. Aurélie explique : « J’étais au travail, Quentin n’avait pas sa tenue de ski et on s’était mis en quatre avec mon conjoint pour pouvoir le récupérer à 13 heures ! Ensuite, ils lui ont trouvé un équipement et même retardé le départ du grand bus pour qu’ils partent ensemble. Mais trop tard, c’est trop tard », disent les parents.

Le couple de Vaudais dénonce « le manque de réactivité et de corrélation entre tous les services et le transporteur. On a consolé Quentin. Le centre l’a bien entouré, c’est l’essentiel. Mais nous resterons sur nos gardes désormais à chaque sortie. ».

ZOOM – VAULX-EN-VELIN – HANDICAP- QUENTIN PRIVÉ DE SKI. – LA RÉPONSE DU TRANSPORTEUR

Regrettant le problème survenu le 20 février, les Cars Berthelet comprennent la déception de Quentin et de sa famille.

« Notre priorité est d’assurer la sécurité de tous les déplacements, et notamment la prise en charge adaptée des enfants à mobilité réduite. Pour cette raison, nous avons récemment renforcé nos procédures de sécurité et dédoublons quand cela est nécessaire avec des véhicules adaptés si l’autocar n’est pas équipé PMR (Personne à mobilité réduite).

Dans le cas présent, nous avons reçu tardivement la demande pour ce transport adapté. Nos nouvelles procédures de sécurité n’ont peut-être pas été assez clairement transmises par nos services. Et malgré tous nos efforts, il a été difficile de trouver un véhicule PMR équipé pour une sortie neige. »

Le transporteur travaille actuellement pour que cela ne reproduise plus et assure que l’enfant « sera bien pris en charge pour la prochaine excursion. »

Source : leprogres.fr